Le Sucre

Cet ami qui nous veut du mal!

 

Comment peut-on s'imaginer que le sucre soit en fait notre pire ennemi? Le goût sucré que nous apprécions dès notre plus tendre enfance est devenu symbole de douceur qui désigne, dans nombre de langues, la femme aimée, le petit enfant etc. (en hébreu – metouka, yeled matok; en français – ma  dulcinée; mon petit chou). Les récompenses sucrées promises aux enfants ou bien les menaces de privation de desserts ont donné aux sucreries un statut de suprématie, qu'il serait bon de reconsidérer.

En effet, le sucre n'est pas le doux ami que l'on croyait. Tout d'abord, les parents, après avoir donné à leurs petits chérubins des gourmandises, les mettent en garde contre les CARIES. Plus tard, les enfants « découvrent » chez leurs grands-parents un autre méfait du sucre : le DIABÈTE. À l'adolescence, ils prennent conscience de l'OBÉSITÉ, causée entre autres par le sucre. Les jeunes filles apprennent que le sucre est indirectement responsable de leur CELLULITE et de leurs VERGETURES. Enfin, les adultes sont surpris d'apprendre que leur lourdeur après les repas et même la cirrose du foie de leur ami qui ne boit pas d'alcool sont dues au sucre ingéré pendant ou après les repas.

Qu'appelle-t-on SUCRE ? Essayons de comprendre. Ce que l'on appelle vulgairement « sucre » (sucre blanc ou sucre brun, non raffiné, dont l'origine est la betterave ou la cane à sucre) est en fait du glucose. En biologie sont considérés comme « sucre » tous les éléments dont le nom se termine par « ose » :  fructose, lactose, galactose, maltose, etc. Ils ont tous un goût sucré. Les miels d'abeille et de dattes sont considérés comme du « bon sucre ». Ils sont moins nocifs que le glucose mais peuvent le devenir dans de mauvaises combinaisons alimentaires.      

Comment se fait-il que le sucre soit notre pire ennemi?

Sur le plan physiologique, l'absorbtion de sucre provoque presque immédiatement un pic d'hyperglicémie ; affolé, le pancréas secrète de l'insuline en grande quantité, ce qui induit un pic d'hypoglicémie avec un besoin immédiat de consommer du sucre ou d'autres aliments sucrés, afin de parer à cette sensation de faiblesse extrême. Lorsque ce phénomème devient répétitif, il provoque des fringales incontrolables pour des féculents gras. C'est ainsi que l'on entre dans un cercle vicieux qui conduit au diabète et à l'obésité.

Il faut savoir que la consommation exagérée de produits sucrés pertube le fonctionnement du pancréas et peut conduire au diabète. Un besoin de nourriture sucrée toutes les deux heures ,et parfois moins, devrait allumer un signal d'alarme : vous êtes en pré-diabète! Lorsque le taux de glycémie dépasse 100, il faut faire attention à sa nutrition car on risque d'arriver très rapidement à un taux de 130 qui nécessite une prise de médicaments et un régime alimentaire adéquat. Si le malade ne modifie pas son alimentation, son pancréas risque de ne plus fonctionner du tout, le rendant insulino-dépendant. D'autre part, la consommation exagérée de féculents et d'aliments sucrés, qui ne font qu'augmenter la faim, provoque l'obésité.

Le sucre est une véritable drogue! Une drogue plus forte que la cocaïne, comme l'a prouvé une expérience avec des rats de laboratoire. Dans un premier temps on donne aux rats leur nourriture habituelle – leur poids reste stable et ils sont en bonne santé. Ensuite on rajoute dans la cage une gamelle contenant de la cocaïne. Progressivement, les rats renoncent à leur nourriture et consomment uniquement la drogue. Des problèmes de santé apparaissent et l'amaigrissement devient morbide.  Dans une autre expérience, on répète les deux premières étapes (nourriture normale puis ajout de la drogue) mais avant que l'amaigrissement ne devienne dangereux on introduit dans la cage une nouvelle gamelle contenant du sucre. On observe que les rats délaissent la gamelle de cocaïne et se précipitent sur le sucre. Ce comportement se traduit par une prise de poids exponentielle et le rat souffre très rapidement d'obésité morbide. Foie gras, cholestérol, triglycérides et diabète vont de pair avec la prise de poids qui conduit très vite à la mort.   

De plus, le sucre est l'aliment le plus cancérigène car il provoque la prolifération des cellules cancéreuses. Le sucre est aussi indirectement lié à la formation de cellulite et des vergetures. Voyons de quelle manière. Le SUCRE consommé pendant les repas (aliments industrialisés, aliments faits maison mais contenant du sucre, du miel, du silan ou tout autre ajout sucré) ou à la fin des repas (fruits ou desserts) FERMENTE. Le sucre, par fermentation, se transforme en alcool et gaz carbonique. Ce dernier donne une sensation de ballonnement, de pression sur les organes, de lourdeur après le repas. L'alcool issu de la fermentation fatigue le foie et inhibe la pepsine (enzyme qui agit dans le processus de digestion des protéines) ce qui conduit à la putréfaction des protéines. Elles se transforment en POISONS et TOXINES aux noms barbares : ptomaïnes, leucomaïnes, acide indoxyl-sulfurique ou scatoxyl-sulfuriques, etc. A long terme, le corps se dégrade à cause de cet empoisonnement quotidien. Selon l'épigénétique, ces poisons sont responsables du développement de certaines maladies graves.  Il faut savoir que la PUTRÉFACTION des protéines a pour conséquence indirecte la formation de la CELLULITE et des VERGETURES  !

En effet, l’alcool issu de la fermentation du sucre perturbe le métabolisme des protéines et nous empêche d'assimiler  les protéines dont notre corps a besoin, telles les fibres élastiques de la peau. Le manque de ces fibres est à l’origine des VERGETURES.  La CELLULITE est formée d’ adipocytes emprisonnés dans un réseau de fibres hydrophiles. Entre ces cellules stagne une eau sale du fait de la présence des TOXINES et . Cette stagnation résulte d’une circulation lymphatique et sanguine pratiquement nulle.

Ce phénomène est réversible si :

1- on mange d'une façon « adéquate », c’est-à-dire en évitant les aliments et les combinaisons alimentaires responsables de la formation des POISONS.

Cf mon livre 120 recettes pour maigrir, perdre sa cellulite.

2- on boit suffisamment pour éliminer les toxines absorbées

3- on ne mange pas trop salé afin d’éviter la formation d'un réseau  «  rigide » de fibres

4- on active la circulation sanguine en étant plus actif physiquement et en se frottant le corps avec un gaunt de crin

 

La prochaine fois que vous voudrez consommer un aliment sucré, pensez un instant à la réaction en chaîne que vous allez provoquer ….